Verbes irréguliers

Les verbes réellement irréguliers (c’est-à-dire qui ne suivent pas le modèle commun de conjugaison) sont au nombre de onze en français. Pour tous les autres, la donnée des radicaux suffit à reconstituer toute la conjugaison. Pour ce qui est de croître, dire (et redire) et mouvoir, les irrégularités sont assez minimes. Les neuf autres verbes ont un radical particulier (parfois tonique, parfois atone) au subjonctif, qui échappe complètement au cadre général.

On peut noter aussi le cas particulier du verbe 'asseoir qui possède deux conjugaisons parallèles (avec respectivement les radicaux assoi- ou assied-, et assoy- ou assey-), chacune étant régulière. Quand vous aurez lu la liste ci-dessous, vous aurez donc vu toute l’irrégularité de la conjugaison française...

  1. Aller: son radical au subjonctif est spécifique (aill-), de même au futur (i-) (voir tableau ci-dessous). De plus, au présent (v-): je vais, ils vont ; à l’impératif : va.
  2. Avoir : son radical au subjonctif est spécifique (voir tableau ci-dessous). Le présent ne suit aucun modèle : j’ai, tu as, il a, ils ont ; le subjonctif suit un radical spécifique : que j’aie, que tu aies, qu’il ait, que nous ayons, que vous ayez, qu’ils aient ; l’impératif se calque sur le subjonctif : aie, ayons, ayez ; le participe présent suit ce même radical : ayant.
  3. Croître : contrairement aux autres verbes ayant un accent circonflexe à la troisième personne, celui-ci ne le perd pas aux deux premières personnes du présent, pour éviter la confusion avec le verbe croire : je croîs, tu croîs, il croît.
  4. Dire (et redire) : au présent, la deuxième personne du pluriel est : vous dites, vous redites ; en revanche, les autres composés de dire sont réguliers : vous médisez, vous prédisez...
  5. Etre : son radical au subjonctif est spécifique (voir tableau ci-dessous) ; indicatif présent : je suis, tu es, il est, nous sommes, vous êtes, ils sont ; participe présent : étant ; subjonctif sur une racine particulière : que je sois, que nous soyons ; impératif copié sur le subjonctif et non dérivé du présent : sois, soyons, soyez.
  6. Faire : la conjugaison du subjonctif est irrégulière (voir tableau ci-dessous) ; indicatif présent : vous faites (et non vous faisez - cette forme n’existe normalement pas mais se rencontre parfois et est de moins en moins souvent corrigée ou perçue comme erronée), ils font ; subjonctif présent : que nous fassions, que vous fassiez (et non faisions, faisiez, qui sont les formes de l’imparfait).
  7. Mouvoir et devoir : au participe passé, il s’écrivent et (avec un accent circonflexe supplémentaire dérivé du radical passé), la seule différence par rapport au modèle générique à 7 radicaux ; cependant, l’accent tombe au féminin ou au pluriel : mue, mus, mues, et due, dus, dues ; de même aux formes composées, cette variante est non nécessaire (ému et promu).
  8. Pouvoir : son radical au subjonctif est spécifique (voir tableau ci-dessous).
  9. Savoir : son radical au subjonctif est spécifique (voir tableau ci-dessous) : que je sache, que nous sachions ; le participe présent suit le radical du subjonctif : sachant (par opposition à savant, forme régulière formant un adjectif ou substantif dérivé du verbe).
  10. Valoir et composés (sauf prévaloir) : son radical au subjonctif est spécifique (voir tableau ci-dessous) : que je vaille, que nous valions ; le participe présent suit le radical du présent : valant (cf. aussi vaillant, adjectif dérivé du verbe au subjonctif).
  11. Vouloir : son radical au subjonctif est spécifique (voir tableau ci-dessous) : que je veuille, que nous voulions ; impératif au choix : sur le présent (veux, voulons, voulez) ou le subjonctif (veuille, veuillons, veuillez) ; participe présent : voulant.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__