Les registres de langue

Tout écrivain, à travers narrateur et personnages, utilise un langage adapté à la situation de communication, au milieu social qu'il dépeint. Il se détermine également par rapport aux règles en usage à l'époque où il écrit. C'est ainsi que s'est développée, à l'âge classique, l'idée d'un «bon langage» qui rejetterait aussi bien les excès des puristes que l'utilisation des patois et des régionalismes. Aujourd'hui, le choix entre plusieurs registres de langue permet des effets d'humour et d'ironie. Il est l'occasion de créer un univers original, d'instaurer une relation de complicité avec le lecteur.

 

 

Le lexique

Les formes verbales

La construction de la phrase

Registre courant

Vocabulaire usuel, généralement partagé.

Temps simples de l'indicatifs, subjonctif présent.

Phrase simple, phrase complexe de longueur réduite.

Registre familier

Vocabulaire réduit, répétitif; nombreux termes d'accroche et onomatopées; expressions imagées; mots incomplets; termes argotiques.

Temps restreints de l'indicatif.

Nombreuses entorses à la syntaxe; incorrections, ruptures de construction; constructions incomplètes; suppression de la négation "ne".

Registre soutenu

Vocabulaire précis, et nuancé; nombreuses références à la culture; mots composés; refus du "franglais", des termes importés récemment.

Tous les temps, tous les modes; temps simples et composés; usage de la concordance des temps.

Phrase complexe souvent longue; constructions rigoureuses et recherchées; nombreux déterminants; nombreuses subordonnées.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site