Exercice 3

Voici un extrait d'une pièce de Jean Tardieu intitulée Un mot pour un autre. La communication y est établie entre les personnages, mais selon un code bien différent du nôtre. Récrivez ce texte en utilisant cette fois un rapport entre signifiant et signifié qui nous soit accessible.

Voici ce texte :

 LA BONNE, entrant : Madame, c'est Madame de Perleminouze.

MADAME : Ah ! Quelle grappe ! Faites-la vite grossir !

La Bonne sort. Madame, en attendant la visiteuse, se met au piano et joue. Il en sort un tout petit air de boîte à musique. Retour de la Bonne, suivie de Madame de Perleminouze.

LA BONNE, annonçant : Madame la comtesse de Perleminouze !

MADAME, fermant le piano et allant au-devant de son amie : Chère, très chère peluche ! Depuis combien de trous, depuis combien de galets n'avais-je pas eu le mitron de vous sucrer!

MADAME DE PERLEMINOUZE, très affectée : Hélas ! Chère ! J’étais moi-même très, très vitreuse ! Mes trois plus jeunes tourteaux ont eu la citronnade, l'un après l'autre. Pendant tout le début du corsaire, je n'ai fait que nicher des moulins, courir chez le ludion ou chez le tabouret, j'ai passé des puits à surveiller leur carbure, à leur donner des pinces et des moussons. Bref, je n'ai pas eu une minette à moi.

MADAME : Pauvre chère ! Et moi qui ne me grattais de rien !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site