Leçon 10

Emploi des subordonnées de cause

Expression de cause

 

CONVERSATION ET TEXTE DE MEMORISATION

 

CLAUDE : Je viens te chercher comme je te l’avais promis pour t’emmener à cette exposition de peinture.

MONIQUE : J’arrive, … Je suis prête ! Parce qu’il fait froid aujourd’hui, j’ai mis mon manteau de fourrure.

CLAUDE : Je ne sais pas si tu as bien fait ; car nous n’allons pas à pied jusqu’au musée ; c’est loin, nous allons prendre l’autobus. Tu risques d’avoir trop chaud avec ton lourd manteau puisque le musée est chauffé en hiver.

MONIQUE : Tu crois ? Je suis indécise. En voyant ce temps gris et froid, j’ai pensé à m’habiller chaudement. A cause de tes réflexions, je vais aller mettre mon tailleur, mais tu seras obligé de m’attendre.

CLAUDE : J’en ai l’habitude ! Cela ne me fait rien, du moment que j’ai réussi à te convaincre.

 

QUELQUES MODELES STRUCTURAUX

           

Subordonnée conjonctive de cause                                    Proposition principale

Comme je te l’avais promis,                                                 je viens te chercher.

Parce qu’il fait froid,                                                            j’ai mis mon manteau.

Puisque le musée est chauffé,                                              tu risques d’avoir trop chaud.

Du moment que j’ai réussi à te convaincre,                         cela ne me fait rien.

 

Quelques manières d’exprimer la cause

-          Car nous n’allons pas à pied.

-          En voyant ce temps gris et froid.

-          A cause de tes réflexions.

 

NOTES : La subordonnée conjonctive circonstancielle de cause répond à la question pourquoi (posée après le verbe dont elle dépend).

Elle est introduite par des conjonctions de subordination : puisque, comme, et des locutions conjonctifs : parce que, attendu que, vu que, du moment que, sous prétexte que …

La subordonnée de cause est en général à l’indicatif.

Exemple : Comme la chasse a été bonne, nous mangerons du gibier.

                 Il ne sortit pas ce jour-là, sous prétexte qu’l pleuvait.

 

REMARQUE :

On peut également exprimer les rapports de cause :

A-     Par un participe présent ou une proposition participe, ou un gérondif.

Exemples :

La tempête faisant rage, nous fermons les portes et les volets.

Etant malade, je ne pus suivre le cours la dernière fois.

 

B-      Par deux proposition cordonnées par car

Exemples :

Nous partons car il est l’heure.

Elle a souvent froid, même en été, car elle est vraiment très frileuse.

 

C-      Par un nom complément précédé d’une préposition : à cause de, pour, grâce à, de …

Exemples :

« J’en ai pris la fuite de peur » (La Fontaine).

A cause de la pluie, nous somme restés à la maison.

Grâce à votre aide, nous avons connu la réussite.

Pour vous qui étiez fatigués, nous sommes rentrés tôt.

 

D-     Par une subordonnée relative.

Exemple :

Le voleur, qui eut peur, prit la fuite.

 

E-      Par un infinitif précédé de pour ou de

Exemples :

Il a manqué le train pour avoir trop dormi.

Il est inquiet de garder une grosse somme d’argent.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site