Page 7

Presque aussitôt, je crois, au moment où le domestique apportait enfin une lampe, j'eus conscience que le peintre B... était là et qu'il me serrait la main, en s'excusant de s'être si longtemps fait attendre. Je n'eus pas de faux amour-propre, je lui contai tout de suite mon histoire, encore frémissant. Et avec quel étonnement d'abord il m'écouta, et avec quels bons rires ensuite il s'empressa de me rassurer !

- Vous ignoriez sans doute, mon cher, que je suis un cousin de la seconde Mme de G... La pauvre femme ! l'accuser du meurtre de cette enfant, qu'elle a aimée et qu'elle a pleurée autant que le père ! Car la seule chose vraie, c'est en effet que la pauvre petite est morte ici, non de sa propre main, grand Dieu ! mais d'une brusque fièvre, dans un tel coup de foudre, que les parents, ayant pris cette maison en horreur, n'ont jamais voulu y revenir. Cela explique qu'elle soit restée inhabitée de leur vivant. Après leur mort, il y a eu d'interminables procès, qui en ont empêché la vente. Je la désirais, je l'ai guettée pendant de longues années, et je vous assure que nous n'y avons encore vu aucun revenant.

Le petit frisson me reprit, je balbutiai :

- Mais Angeline, je viens de la voir, là, à l'instant... La voix terrible l'appelait, et elle a passé là, elle a traversé cette pièce.

Il me regardait, effaré, croyant que je perdais la raison. Puis, tout à coup, il éclata de son rire sonore d'homme heureux.

- C'est ma fille que vous venez de voir. Elle a eu justement pour parrain M. de G..., qui lui a donné, par une dévotion du souvenir, ce nom d'Angeline ; et, sa mère l'ayant sans doute appelée tout à l'heure, elle aura passé par cette pièce.

Lui-même ouvrit une porte, jeta de nouveau l'appel :

- Angeline ! Angeline ! Angeline !

L'enfant revint, mais vivante, mais vibrante de gaieté. C'était elle, avec sa robe blanche, avec ses admirables cheveux blonds sur les épaules, et si belle, si rayonnante d'espoir, qu'elle était comme tout un printemps qui portait en bouton la promesse d'amour, le long bonheur d'une existence.

Ah ! la chère revenante, l'enfant nouvelle qui renaissait de l'enfant morte. La mort était vaincue. Mon vieil ami, le poète V..., ne mentait pas, rien ne se perd, tout recommence, la beauté comme l'amour. La voix des mères les appelle, ces fillettes d'aujourd'hui, ces amoureuses de demain, et elles revivent sous le soleil et parmi les fleurs. C'était de ce réveil de l'enfant que la maison se trouvait hantée, la maison aujourd'hui redevenue jeune et heureuse, dans la joie enfin retrouvée de l'éternelle vie.

1898.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site