Voyelles et consonnes

Une première distinction fondamentale divise les voyelles et les consonnes. Plusieurs critères sous-tendent cette distinction.

  • Une voyelle se distingue par une relative ouverture du passage articulatoire, tandis qu'une consonne présente un passage articulatoire relativement plus fermé.
  • Dans le cas des voyelles, les cordes vocales vibrent en général. Ce n'est pas nécessairement le cas pour les consonnes.
  • Les voyelles sont en général syllabiques, et dans certaines langues, comme le français, elles le sont nécessairement. Ainsi, en français, chaque voyelle équivaut à une syllabe, tandis qu'aucune consonne ne donne une syllabe.
  • Quand on augmente la force articulatoire, les voyelles ont tendance à s'ouvrir, tandis que les consonnes ont tendance à se fermer.

Exercice: Appliquez les critères précédents pour déterminer si chacun des sons suivants serait à classer comme consonne ou comme voyelle: [o], [z], [f], [a].

Notons cependant que les critères que nous venons d'identifier ne sont pas absolus. Ainsi, l'ouverture du passage articulatoire est relative. Dans la série [a] [e] [i] [v] [s] [p] le passage se ferme progressivement. Deuxièmement, on trouve des consonnes voisées, où les cordes vocales vibrent: [v], [z], par exemple, et (dans certains contextes) des voyelles sans vibration des cordes vocales. Par exemple, dans le québécois parlé, un mot comme constitue se prononcera [k stity] où [i] représente la voyelle [i] sans vibration des cordes vocales. Dans le cas de la syllabicité, on trouve dans certaines langues des consonnes syllabiques. Par exemple, le mot people en anglais se prononce [pi:pl] en deux syllabes. Malgré de telles complications, on retient d'habitude la distinction entre consonnes et voyelles. Nous le ferons aussi.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×