Abbaye du Bec-Halouin

Entre Rouen et Lisieux, au cœur de la vallée du Bec, découvrez l'abbaye du Bec-Hellouin, haut-lieu du rayonnement bénédictin dès le XIe siècle et rendue au culte monastique en 1948. 

• Quelques vestiges. De l'ancienne abbaye subsistent la porte gothique du cloître du XIVe siècle et la tour Saint-Nicolas, de style anglo-normand, ainsi que le grand portail du XVe siècle. 

• Un des plus beaux fleurons mauristes. La congrégation de Saint-Maur érige un logis abbatial au XVIIIe siècle. On doit à cette confrérie bénédictine le renouveau de nombreuses abbayes en France. Le majestueux réfectoire de 75 mètres de long est transformé en église abbatiale au XXe siècle. 

• Une abbaye à l'influence internationale. Fondée par le chevalier Herluin en 1034, le Bec-Helouin éclipse les autres grandes abbayes bénédictines de Normandie, comme Jumièges ou Saint-Wandrille, par son influence au-delà des frontières du royaume. Dès le XIe siècle, évêques, abbés et théologiens viennent de l'Europe entière écouter les leçons de Lanfranc de Pavie, conseiller de Guillaume le Conquérant et archevêque de Cantorbéry. Au XIIe siècle, l'ordre du Bec possède 25 prieurés en Angleterre et une vingtaine en France. 

• Une renaissance inespérée. Transformée après la Révolution en écurie des armées, l'abbaye est restaurée entre 1948 et 1959. Une communauté de moines bénédictins olivétains lui redonne vie avec l'aide de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, actuel Centre des monuments nationaux.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site