Abbeye Royale de Fontevraud

Cette abbaye a été fondée vers 1101 par le réformateur Robert d'Arbrissel au carrefour de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou. Son édification s'étala sans interruption du 12e au 18e siècle. Véritable cité monastique qui s'étendait sur 14 hectares, Fontevraud fut l'une des abbayes les plus vastes d'Occident. Elle abritait un ordre double, masculin et féminin, et présentait l'originalité d'être dirigée par une femme. Choisies parmi les religieuses d'extraction noble, 36 abbesses, dont 16 de sang royal, ont dirigé l'ordre de 1115 à 1792. Fontevraud s'attira la protection de puissants personnages. Ce furent d'abord des membres la maison des Plantagenêt. Cela vaut à l'église abbatiale d'abriter les superbes gisants polychromes, datant du début du 13e siècle, de Henri II Plantagenêt et de son épouse Aliénor d'Aquitaine, de leur fils aîné Richard Cœur de Lion et d'Isabelle d'Angoulême, épouse de leur fils cadet Jean sans Terre. Les abbesses entretinrent aussi des liens étroits avec plusieurs rois de France, et notamment ceux de la famille de Bourbon. Les quatre dernières filles de Louis XV y furent d'ailleurs élevées. A la Révolution, Fontevraud  était l'abbaye la plus riche et la plus puissante du royaume. Napoléon Ier lui attribua une vocation pénitentiaire en 1804 ; elle la conserva jusqu'en 1985. Depuis 1975, elle héberge le Centre culturel de l'Ouest.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site