Ile-de-France

L’Ile-de-France présente avec d’autres grandes métropoles internationales certaines similitudes au plan démographique : forte natalité, déficit des échanges migratoires avec les autres régions, et grande attractivité pour les étrangers.

Début 2004, la région compte 11,3 millions d’habitants et regroupe 18,7 % de la population métropolitaine. Cette proportion n’a guère varié depuis une quarantaine d’années. Depuis le début des années 2000, l’excédent des naissances sur les décès est en moyenne de 100 000 personnes chaque année. Cet excédent naturel est tempéré par un solde migratoire négatif avec la province, compensé en partie par un solde migratoire positif avec l’étranger et les DOM-TOM, soit au total le départ d’environ 35 000 personnes en 2004.

L’arrivée des jeunes et le départ des plus âgés contribuent à entretenir la jeunesse relative de la population francilienne : un habitant sur trois a moins de 25 ans et un sur huit seulement 65 ans ou plus. Cette part des plus âgés est la plus faible de métropole. Les personnes seules sont relativement nombreuses. Moins de la moitié des ménages est propriétaire de son logement, contre 57 % en métropole.

L’Ile-de-France contribue pour 28,8 % au produit intérieur brut métropolitain en 2003 et rassemble 22 % des emplois. La région offre environ 5,3 millions d’emplois, salariés pour 90 % d’entre eux. Les services marchands, sont surreprésentés dans la région, notamment les activités marchandes de conseil et assistance, les activités financières et immobilières, ainsi que celles de recherche et développement et les activités culturelles. L’Ile-de-France reste la première région industrielle malgré la baisse persistante des emplois. Elle concentre par ailleurs près de la moitié des « emplois métropolitains supérieurs », fonctions à forte valeur ajoutée.

La croissance de l’emploi, déjà plus modérée qu’en province avant 2000, est restée faible depuis. Simultanément, le taux de chômage, qui était traditionnellement plus bas qu’en province, a rattrapé le niveau de la métropole.

En Ile-de-France, le revenu disponible par habitant est nettement supérieur à celui des autres régions mais il existe de fortes inégalités territoriales. Les revenus fiscaux sont nettement plus élevés à l’ouest et plus dispersés au centre de la région, et les disparités de revenus sont d’autant plus marquées qu’on se rapproche du cœur de l’agglomération parisienne. Par ailleurs, un Francilien sur huit vit dans une zone urbaine sensible (ZUS) et les allocataires du RMI sont de plus en plus nombreux. En 2005, l'Ile-de-France comptait 23 zones franches urbaines (ZFU) parmi les 85 de la métropole ; 3 des 15 nouvelles ZFU, créées en avril 2006 par la loi pour l'égalité des chances, sont situées dans la région.

Nom

Superficie

Point culminant

Chef-lieu

Population

Essonne (91)

1 804 km2

177 m dans le bois de Verrières

Evry
3 arrondissements.
35 cantons.
196 communes.

1 084 824 hab.

Hauts-de-Seine(92)

175 km2

Point culminant 180 m à Vaucresson, près de l'autoroute

Nanterre
3 arrondissements.
40 cantons.
36 communes.

1 391 658 hab.

Paris (75)

 

2 152 423 hab.

Seine-et-Marne (77)

5 916 km2

butte St-Georges, à Rebais (215 m).

Melun
3 arrondissements.
37 cantons.
514 communes.

1 078 166 hab.

Seine-Saint- Denis  (93)

2 358 km2

-

Bobigny
2 arrondissements.
40 cantons.
40 communes.

1 981 197 hab.

Val-D’oise  (95)

1 253 km2

217 m aux Buttes de Rosne, près de Neuilly-en-Vexin.

Cergy
3 arrondissements.
35 cantons,
185 communes.

1 049 598 hab.

Val-de-Marne (94)

244 km2

126 m au plateau de Villejuif

Créteil
3 arrondissements.
39 cantons.
47 communes.

1 215 538 hab.

Yvelines  (78)

2 285 km2

201 m à Lainville-en-Vexin.

Versailles
4 arrondissements.
38 cantons.
262 communes.

1 307 150 hab.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×